document-image

Anatomie de l'oreille humaine

Le système auditif humain comprend l’oreille externe, l’oreille moyenne, l’oreille interne, les voies auditives ainsi que les centres de traitement des stimuli auditifs situés dans l’encéphale et dans le tronc cérébral. Le système dans son ensemble est à la fois d’une extrême complexité et d’une haute précision. Sa structure et son mode d’action sont si complexes qu’à ce jour, les chercheurs n’ont pas encore réussi à en élucider toutes les fonctions essentielles et à les expliquer en détail.

Coupe schématique de l’oreille humaine: pavillon (1), conduit auditif (2), tympan (3), oreille moyenne (4) avec les osselets, marteau (5), enclume (6) et étrier (7), appareil de l’équilibre (8), limaçon (9), nerfs auditifs (10)

L'oreille externe

L’oreille externe comprend le pavillon et le conduit auditif externe, légèrement incurvé, qu’on appelle également «canal auditif». Il présente une longueur moyenne de 23 millimètres et un diamètre de 6 à 8 millimètres. Dans sa partie externe, sur un tiers de la longueur, se trouvent les glandes cérumineuses. Celles-ci produisent le cérumen ou «cire d’oreilles» dont le rôle est d’empêcher la pénétration dans l’oreille de particules de saleté.

L'oreille moyenne

Entre le conduit auditif et l’oreille moyenne se trouve le tympan, d’un diamètre d’environ 10 millimètres, qui sert de récepteur aux ondes sonores. Solidement rattaché au tympan, le marteau, l’un des trois osselets de l’oreille moyenne, assure avec l’enclume et l’étrier la transmission des ondes sonores vers l’oreille interne. Ces osselets sont minuscules; le plus petit, l’étrier, mesure à peine la taille d’un demi grain de riz. L’oreille moyenne et la cavité bucco-pharyngée sont reliées par un conduit – la trompe d’Eustache – qui assure en permanence l’équilibre entre la pression externe et celle régnant dans l’oreille moyenne.

L'oreille interne

A l’autre extrémité de la chaîne des osselets, la plaque de l’étrier est reliée au limaçon – appelé «cochlée» par les spécialistes. Le limaçon est un tube enroulé en spirale d’environ 32 millimètres de longueur et s’élevant sur 2½ pas d’hélice. Ce tube est subdivisé par deux membranes en trois «boyaux» parallèles remplis de deux liquides différents. Entre les deux liquides règne une tension électrique qui constitue une source de courant, faisant du limaçon une pile bioélectrique qui fournit l’énergie électrique nécessaire à la réception et à la retransmission des stimuli.

L'organe de Corti

Sur la membrane basilaire qui passe au milieu du tube cochléaire se trouve l’organe de Corti, qui compte quelque 20 000 cellules ciliées disposées en une rangée interne et trois rangées externes et subdivisées en 24 groupes différents. Chaque groupe de cellules ciliées répond aux sons d’une certaine fréquence – ou correspondant à une certaine largeur de bande de fréquences. Les sons de haute fréquence sont perçus au niveau de la partie antérieure, et ceux de basse fréquence, dans la partie postérieure de la cochlée.

Les cellules ciliées

Les cellules ciliées – dont le rôle est de convertir les impulsions mécaniques en impulsions bioélectriques – sont des organes extrêmement sensibles et vulnérables qui peuvent être gravement endommagés par des sollicitations excessives. La plupart des cas de malaudition sont la conséquence de l’exposition trop longue de l’oreille à des sons d’intensité excessive.

Le nerf auditif

Les impulsions bioélectriques émises par les cellules ciliées sont enregistrées par le nerf auditif – une voie nerveuse complexe faite de quelque 30 000 fibres, qui relie l’oreille interne au centre de l’audition du cerveau.

L’organe de l’équilibre

L’oreille interne comprend également l’organe de l’équilibre, constitué de deux vésicules – le saccule et l’utricule – et de trois canaux semi-circulaires. Le saccule et l’utricule contiennent de minuscules grains de calcaire dont la position – due à l’action de la pesanteur – change avec la position de la tête. Quant aux canaux semi-circulaires, ils réagissent aux déplacements de liquide déclenchés par les mouvements de rotation de la tête.