Formes / types

L’offre globale des aides auditives compte plus de 700 formes, types et modèles d’appareils. Les formes comprennent principalement les contours d’oreille et les appareils intra-auriculaires placés dans l’oreille ou le canal auditif.

On trouve aussi les «lunettes auditives» – dont la partie technique est dissimulée dans les branches – ainsi que des appareils de poche destinés à des applications particulières.

Les formes spéciales d’aides auditives sont représentées p. ex. par les appareils à ancrage osseux, qui transmettent le son directement à l’oreille interne par conduction osseuse. On les utilise surtout chez les patients atteints d’infections chroniques de l’oreille moyenne ou souffrant de malformations. Dans la même catégorie des formes spéciales, on compte les implants cochléaires destinés aux patients devenus sourds ou fortement malentendants. Ici, les signaux sonores sont transmis directement au nerf auditif sous forme de stimuli électriques par l’entremise d’une sonde introduite dans l’oreille interne.

Les concepts technologiques et leurs performances

La gamme actuelle des appareils comprend les types et modèles suivants, classés en fonction de la technologie dont ils dérivent et de leur catégorie de puissance:

  • Les appareils numériques programmables. Ceux-ci sont ajustés à la capacité auditive résiduelle du malentendant à l’aide d’un ordinateur ou d’un appareil de programmation spécial. Aujourd’hui, la plupart des aides auditives modernes sont équipées d’un système de programmation numérique.
  • Les appareils à télécommande disposent d’un boîtier de télécommande qui permet, selon la situation auditive, de sélectionner différents programmes pour l’écoute p. ex. de la musique, d’une conversation ou du bruit de la rue et de régler en outre le volume du son.
  • Les appareils zoom ou multimicrophones, équipés de plusieurs microphones directionnels pouvant être mis en circuit individuellement pour l’écoute de dialogues dans un environnement bruyant.
  • Les appareils à système multicanal, disposant de deux ou plusieurs canaux pour des bandes de fréquences définies. Ils conviennent aussi à la compensation de fortes pertes auditives dans les domaines des sons graves, de la parole et des sons aigus.
  • Les appareils à traitement numérique. Ceux-ci convertissent les signaux acoustiques analogiques en données numériques qui sont ensuite traitées par un mini-ordinateur pour être reconverties en signaux analogiques. Ces types d’aides auditives, utilisées presque exclusivement en Suisse, offrent un traitement des signaux particulièrement précis.
  • Les appareils automatiques. Ceux-ci réagissent de manière très sensible au niveau de bruit ambiant et autorégulent leur puissance pour l’adapter à l’environnement acoustique du moment.